Publié le 22 Février 2017

Bonjour,

Ce projet est terminé, je remercie ceux qui m'ont lu pendant ces années. Si vous souhaitez continuer à me suivre, vous pouvez le faire via ma page Facebook: L'Oasis de Nill Nyima Lha.

Je n'envisage pas de recommencer un blog directement.

Bien à bous,

Jean-Baptiste

 

 

 

 

Voir les commentaires

Rédigé par Jean-Baptiste Dumont

Repost 0

Publié le 27 Octobre 2015

Par cette belle journée d'été indien, voici quelques nouvelles de l'Oasis:

- Fabiola, notre poule qui s'est brisée successivement les pattes et qui a été rejetée par ses congénères (notre grosse poule de Bresse blanche a été à deux doigts de la tuer) a finalement, au bout de 4 tentatives, été réintégrée dans le groupe. Seulement, elle est hyper soumise et il faut lui donner à manger à part, ce qui n'est pas toujours évident. On sent qu'elle est vieille mais je ferai de mon mieux pour qu'elle ait une douce fin de vie.

- Comme je vous l'ai déjà écris, on dit que planter la première fois des pdt sur un terrain permet de le nettoyer. Hélène, l'animatrice de mon groupe de permaculture répond que la culture de la pdt est exigeante et que c'est le travail du jardinier qui nettoie le terrain. Dans tous les cas, la culture de pdt vide la terre et on ne peut y planter que ce qui demande un sol pauvre comme le pourpier d'hiver. J'ai donc recouvert un partie du potager avec du fumier de mes poules, une autre avec de la tonte de gazon mélangée a des feuilles mortes, planter des engrais verts et semer du pourpier.

- Un petit pommier derrière l'enclos des poules a commencé à produire des pommes cette année. Elles ont une robe rouge et jaune et sont très douces et sucrées. On dirait des "elstar". Le jeune prunier à côté a donné aussi ses premières prunes qui étaient tout aussi succulentes. Pour favoriser la production, Il faudra juste tailler un peu les branches du chêne qui les surplombent quand la sève sera descendue.

- En partant du principe que les feuilles de rhubarbe enrichissent le plant, j'ai arraché les derrières pousses et les ai laissées sur le terrain. J'ai fait la même chose avec les tiges des courgettes.

Travailler dans le jardin permet de rester ancrer, merci la Terre-Mère!

Quelques nouvelles en bref ...
Quelques nouvelles en bref ...
Quelques nouvelles en bref ...
Quelques nouvelles en bref ...
Quelques nouvelles en bref ...
Quelques nouvelles en bref ...
Quelques nouvelles en bref ...
Quelques nouvelles en bref ...

Voir les commentaires

Rédigé par Jean-Baptiste Dumont

Publié dans #Potager

Repost 0

Publié le 25 Octobre 2015

Comme je n'ai pas su participer au cours du mois de septembre à Liège, Hélène a gentiment accepter de me donner "un cours particuliers".

Le thème du cours était la conservation par fermentation lactique:

- un PH < 4,1 empêchent les micro-organismes de se développer.

- un PH entre 3,5 et 4 : la fermentation lactique s'arrête et permet donc le stockage.

- concentration en sel : entre 0,5 et 1% du poids des légumes.

- les bactéries lactiques développent de la vitamine C

- On peut faire de la lactofermentation avec les légumes suivants: ail, bette, betterave, carotte, céleri, champignon, choux, concombre, courgette, fève, haricots verts, navet, oignon, pois, poivrons, potiron, radis, scaroles, tomates ...

- attention à la qualité de l'eau, elle doit être sans chlore > la laisser bouillir, refroidir et s'éventer!

N.B. les feuilles de cassis et de framboises sont riches en acide lactique. Les baies de genévrier et le cumin facilitent la digestion de la choucroute.

Les légumes lactofermentés favorisent la flore intestinale.

Recette:

- un bocal de 750ml

- 1 boule de céleri-rave

- ciboulette + graines de moutarde

- 50cl d'eau non chlorée

- 15gr de gros sel de mer

> verser la saumure jusqu'à 2cm du bord du Weck

> laisser 5 à 7 jours à température ambiante (> 20°c)

> stocker dans un local plus frais sous 20°C

> attendre minimum 3 semaines avant de consommer

> la saumure contient des vitamines et peut aromatiser une salade.

SEMIS D'OCTOBRE: en serre froide ou chassis froid

- laitue à couper toute saison

- laitue attive de printemps

- pourpier d'hiver

- persil-échalotte

- chicorée "petite pomme"

- roquette

- cerfeuil

- cebette ciboule

- poireaux

- petit pois (on peut en manger la verdure)

- épinards

- cresson

- mâche

- choux hatifs

- fèves

...

Infos diverses venant du cours de Gilbert Cardon (Fraternités Ouvrières de Mouscron)

- on peut faire de la soupe avec des oignons germés

- lorsque la laitue "feuille de chêne" est en fleurs (montée en graines), on peut manger la tige comme les asperges.

- Les échalotes ne montent pas en graine. On peut les manger dès le mois de mars à condition des les abriter avec des feuilles mortes ou de la neige.

- En serre, on peut mettre des carottes semi-longues nantaise ou Amsterdam hâtives.

- on plantera l'ail, l'oignon et l'échalote dans un coin non-enrichi.

- la terre des taupinières est excellente car ameublie et que la taupe a mangé toutes les petites bêtes. Elle peut se mélanger à du terreau pour faire ses semis!

- ne pas faire le ménage des plantes vivaces maintenant car leurs feuilles sont la meilleure protection de la plante pour l'hiver. Attendre le printemps pour les nettoyer juste avant que cela reparte

- le fumier de poulailler est riche en azote. On peut le composter ou le diluer à 10% dans l'eau pour arroser le jardin.

- Si on possède un étang, la vase est très riche pour le potager. En enlever maximum un tiers de l'étang et la laisser 3 jours sur le bord de l'étang avant de l'étendre sur le potager pour permettre aux insectes aquatiques de retourner dans l'eau!

- Les engrais verts recycle l'engrais. Au lieu de percoler vers la nappe phréatique, l'azote est capté et restitué au sol.

- L'épinard peut être utilisé comme engrais vert, surtout pour les légumes racines. on peut l'incorporer quand il est tendre et vert pour commencer à cultiver un mois après. Incorporer quand il est fibreux, il met plus de temps à se décomposer.

- Attention, si on cultive des épinards sur du fumier, il prendra le goût de ce dernier :-(

Cours de permaculture - septembre 2015 - lactofermentation

Voir les commentaires

Rédigé par Jean-Baptiste Dumont

Publié dans #Permaculture

Repost 0

Publié le 23 Octobre 2015

Le cours commence par un sujet de saison, le CHICON

- c'est maintenant jusque fin novembre que l'on trouve les racines à replanter. Hélène a acheter les siennes au Moulin Renard sprl à Soumagne (sacs de 50 racines pour 7,25€)

- + on le coupe, plus il repousse!!!

- Il doit impérativement pousser dans l'obscurité sinon il est amer, dans une pièce non chauffée mais à l'abri du gel.

Le semis:

- de mi-mai à mi-juin sur une terre réchauffée

- levée au bout de 8 jours, sinon il faut recommencer

- à éclaircir comme les carottes

- 1 graine tous les 10 cm.

- reste en place jusqu'à la Toussaint > on les déterre ensuite et on les laisse en place pendant 10 jours > on pourra ensuite replanter les racines.

Repiquer les racines:

- on coupe le feuillage en pointe au dessus du collet et on trempe la pointe dans la poudre d'algues. (la poudre d'algue empêche la pourriture).

- on plante dans un seau, pas trop près du bord, sinon on le blesse.

- Attention à l'arrosage: via un entonnoir pour ne pas mouiller le collet. Le chicon est très sensible à l'humidité. N'arroser à nouveau que lorsque la terre est devenue sèche

- si on veut espacer les repiquages pour ne pas avoir toute sa production en une seule fois, on peut garder les racines couchées dans du sable.

Récolte:

- Il faut couper le chicon au dessus du collet sans abîmer la racine!

- astuce: mettre les collets à hauteur du bord du seau pour pouvoir les couper facilement.

N.B. on peut saupoudrer la terre dans les seaux de poudre d'algue pour éviter toute moisissure.

- Il est indispensable de mettre un drap noir au dessus, pas de plastique car cela va être trop humide. Même dans une cave, l'obscurité totale est indispensable. Sinon, le simple fait d'allumer la lumière de temps en temps fera verdir les feuilles et augmenter l'amertume!

- Les racines s'épuisent au mois de mars.

Recette de soupe:

- 2 à 3 kg de chicons

- 3 pdt

- 1 gousse d'ail

- 1 gros oignon

- 1 bouillon de poule ou de boeuf

Infos diverses:

- Michèle est maître en lombri-compostage et peut donner régulièrement des vers rouges. On peut prendre contact avec elle par mail : bietmich@hotmail.com

- Dimanche 25 oct 2015 : Journée de la Pomme à Wégimont organisée par les Amis de la Terre > plusieurs conférences et possibilités de se restaurer.

- on peut utiliser de la tanaisie sur les choux pour les protéger car l'odeur de celle-ci déstabilise les prédateurs en perturbant la perception olfactive de ceux-ci

- on partage des graines de tomates "petits moineaux"( toutes petites mais très savoureuses) : à semer sous abri mais pas en serre car produisent beaucoup de feuillage. Tutorer mais pas tailler!

- si vos navets ne poussent pas, les semer en pot et les replanter ensuite!.

- Le cours prochain, nous parlerons du lapin. Ceci terminera le cycle de cours d'Hélène. Cependant la majorité des participants souhaitent continuer en rendant le cours plus interactif! Il va donc falloir s'impliquer pour continuer ;-)

- P.S. pour les graines germées, le livre repris dans les photos serait un must!!!

Cours de Permaculture du 18 octobre 2015
Cours de Permaculture du 18 octobre 2015
Cours de Permaculture du 18 octobre 2015
Cours de Permaculture du 18 octobre 2015
Cours de Permaculture du 18 octobre 2015
Cours de Permaculture du 18 octobre 2015
Cours de Permaculture du 18 octobre 2015
Cours de Permaculture du 18 octobre 2015

Voir les commentaires

Rédigé par Jean-Baptiste Dumont

Publié dans #Permaculture

Repost 0

Publié le 21 Octobre 2015

Sous l'impulsion de Gaël, j'ai pu suivre la conférence de Pablo Servigne avec Nathalie, Fabienne et Val. On m'avait dit que Pablo était pessimiste et que ses conférences allaient dans ce sens. Cela a été au contraire, un grand moment de lucidité et d'optimisme, l'auditorium était blindé.

Je me propose donc de vous en partager certains morceaux choisis:

- "Ne gardez pas l'expérience pour vous mais partagez-la!"

- On doit admettre qu'avec l'agriculture post-pétrole, on se rencontre que tout va changer car toute notre nourriture dépend du pétrole! Sur la planète, beaucoup de système alimentaire existe, comparez une semaine de nourriture en Bolivie (beaucoup de fruits et légumes frais et des céréales sans emballage) et en Allemagne (c'est tout le contraire).

- En Europe, on est sur l'homogénéisation et on utilise des grosses machines. A chaque étape de la distribution, de la transformation et des transports industriels demande une forte consommation d'énergie fossile.

- 9 crises alimentaires sur 10 précèdent une crise énergétique ...

- Le pic de pétrole conventionnelle est dépassé depuis 2006-2007, d'où l'apparition du pétrole non-conventionnelle. Il reste encore +/- 50% de pétrole dans le sol mais on n'arrivera à l'extraire car cela demanderait trop d'énergie pour y arriver (taux de retour énergétique)

- En 1900: un baril permet d'en extraire 100

- En 1990: un baril permet d'en extraire 35

- En 2007: un baril ne permet plus d'en extraire que 12 > on aura donc bientôt plus assez d'énergie pour extraire ce qui reste!!!

> la fin du pétrole = fin de nos systèmes alimentaires > nous allons donc rentré dans une nouvelle époque > anthroprocène : l'être humain est devenu une force capable bousculer les grands cycles de la planète.

- La biodiversité s'effondre, le climat change = Des limites que nous avons dépassé > déstabilisation de notre civilisation.

- 1/3 de la terre arable a été détruite dans le monde depuis la révolution verte

L'interconnexion des crises:

- le climat, les écosystèmes, la santé humaine et l'économie sont interconnecté, il n'y aura donc pas de solution isolée > notre monde est donc extrêmement instable. Il n'est pas possible d'éviter l'effondrement, il faut l'accepter!

6 étapes de l'effondrement:

Finance > Economie > Politique > Social > Culturel (plus d'empathie) > Ecologique

En cas de catastrophe, seule l'entraide et le calme permettront de s'en sortir!

Politique de transition:

- A quoi ressemblera-t-elle si on arrive à y croire?

- Déni > Colère > Peur > Tristesse > Acceptation

- la transition, c'est accepter que l'avenir est dans l'effondrement!

" C'est parce que le arbre s'effondre, que les jeunes pousses grandissent dans la clairière"

Les jeunes pousses sont toutes ces nouvelles initiatives/possibles que nous essayons!

> il faut garder la diversité des jeunes pousses

> se mettre en réseau pour partager les expériences

> Il y aura des combats à mener en fonction de sa sensibilité (famille, commune, village, ... le monde) et il faudra appliquer l'espoir actif : c'est le sens que l'on donne à nos actions aujourd'hui sans avoir la certitude de réussir.

Mettre les lunettes de l'effondrement, c'est une quête de sens!

Pablo Servigne, tout va-t-il vraiment s'effondrer? Conférence LLN 19/10/2015
Pablo Servigne, tout va-t-il vraiment s'effondrer? Conférence LLN 19/10/2015

Voir les commentaires

Rédigé par Jean-Baptiste Dumont

Publié dans #Ces gens qui m'ont inspiré

Repost 0

Publié le 18 Octobre 2015

Fabienne nous a évoqué ce film au cours de permaculture ce matin, un film à aller voir ce jeudi 22 octobre au Parc!

Voir les commentaires

Rédigé par Jean-Baptiste Dumont

Publié dans #Ces gens qui m'ont inspiré

Repost 0

Publié le 4 Octobre 2015

Soigner la Terre pour Nourrir les Hommes - Conférence de Lydia et Claude Bourguignon

Gael et Marie m'ont invité à assister à la conférence " Soigner la Terre pour nourrir les Hommes" de Lydia et Claude Bourguignon à LLN, auditorium Socrate, organisée par Tetra et Terre&Conscience! C'était une occasion à ne pas manquer, apprendre avec eux sur le sol, la terre dont nous nous sommes tellement éloignés, ne se refuse pas. Cela fait 20 ans qu'ils font des conférences avec toujours autant de motivation et de verve! Ecouter Claude est un bonheur à lui tout seul!

Mon but n'est pas de reprendre la conférence (elle dure presque 2H) mais seulement de vous communiquer quelques éléments qui sont intéressants dans le cadre de ce blog

Claude a commencé par expliquer ce qu'est un sol:

- Le sol, c'est 80% de la planète et on n'en connaît moins de 5% ?!

- Le sol est un milieu dynamique en permanente évolution, qui comme les organismes vivants passe par plusieurs étapes: naissance - maturité - mort

- Le sol est un milieu organe-minéral fait de composés carbonés et de minéraux.

- La matière organique doit toujours rester à la surface du sol et ne jamais être enterrée! Les racines doivent toujours être sous la matière organique.

- L'humus est fabriqué par les collemboles, les acariens, les myriapodes et les cloportes... Une terre vivante est comme du couscous. Il est composé entre autre des matières fécales de ces animaux. En fait, "on marche sur la merde du sol forestier"

- La formation de l'argile se fait en profondeur, celle de l'humus en surface. Ils se rencontrent par les vers de terre.

- Les microbes vont nourrir les plantes. Ils sont de grands régulateurs de tous les cycles des éléments de la planète. Les champignons, c'est 2/3 de de la microflore!

- c'est la faune qui aère le sol !

- L'agriculture, c'est la domestication d'un système vivant!

Lydia a enchaîné ensuite:

- Le sol est le 1er outil de l'agriculteur et il ne le connait pas.

- La nature est capable de se régénérer, c'est nous les Hommes qui sommes en danger!

- la dégradation des sols suit toujours la même évolution:

* Biologique:

° Engrais

° Engins trop lourds donc compaction du sol

° l'irrigation accélère la perte de la masse organique qui nourrit la faune, celle-ci disparait et ne remonte plus les éléments nutritifs

* Chimique:

° les éléments nutritifs se lessivent, pollution des nappes et acidification des sols

* Physique:

° le calcium étant lessivé dans les nappes > érosion éolienne ("fumées" derrière les tracteurs) et hydrique.

> PLUS UN SOL EST EN MAUVAIS ETAT, PLUS ON AURA D'EROSION

Réparer les sols = avoir confiance dans la terre

- apport de carbone en surface : mulch-compost-BRF > matière organique

- emploi de plantes restauratrices de fertilité

- technique du semis direct sous couvert:

° on ne laboure plus (n.b. les concours de labour, c'est la guerre à la Terre).

° on met des plante de couverture (tournesol, sorgho) au milieu desquelles on va semer > utilisation d'un semoir spécifique > technique qui doit être accompagnée. Elle est testée chez les petits agriculteurs et les paysans non-conventionnés !!!

- mieux développer l'agroforesterie.

- mélanger les champignons et la faune qui sont de grands agents de fertilité du sol

- replanter des haies

- Bois Raméral Fragmenté (BRF): moins de 25% de résineux et 75% de feuillus minimum. Il met la terre à l'ombre, donc pas de stress sur les racines, ni de stress hydrique.

- La matière organique est capable de stocker 7x son poids en eau.

- Les champignons sont les précurseurs de la matière organique.

> ON PEUT CHANGER SI ON ACCEPTE LES LOIS DE LA NATURE

N.B.

- Les champignons sont les seuls à décomposer la lignite > voilà pourquoi il ne faut jamais enterrer de la matière organique.

- Les aiguilles de résineux mettent 10 ans à se décomposer contrairement aux feuilles qui ne mettent qu'un an

- Les aiguilles de pin sont de plus riche en Huiles essentielles.

- la culture de la PDT est extrêmement dur pour le sol > on peut les cultiver en les recouvrant uniquement de paille (on peut à ce moment là, les faire pousser au même endroit plusieurs années)

- le BRF est une technique de restauration > à n'utiliser qu'une fois et non tous les ans > la faune et les champignons n'ont pas le temps en 1 an de l'absorber > enfui dans le sol, il crée une soif azotée.

- L'agriculture paysanne est nourricière au m2, cependant elle demande beaucoup de main d'oeuvre. L'agriculture moderne est productive par la personne mais c'est tout.

> LES PLANTES SONT AUSSI DE L'ENERGIE ET PAS QUE DE LA MATIERE

- Les carabes mangent les limaces, cependant ils sont en voie d'extinction. Les limaces mangent les myceliums (blancs de champignons).

Voilà, vous trouverez plus d'info sur www.tetra.be

Je ne peux que vous encourager à aller écouter Lydia et Claude!

Soigner la Terre pour Nourrir les Hommes - Conférence de Lydia et Claude Bourguignon

Voir les commentaires

Rédigé par Jean-Baptiste Dumont

Publié dans #Potager, #Ces gens qui m'ont inspiré

Repost 0

Publié le 13 Septembre 2015

Cela fait plusieurs années que je cherche la meilleures solution pour faire pousser des tomates et mon expérience confirme que celle-ci est de les faire pousser en pot sous le auvent de l'entrée. Chaque année, cela a donné d'excellents résultats et elles n'ont jamais été attaqué par le mildiou.

Les petites serres achetées dans les magasins de bricolage ne sont pas solides. Les tubes plient en cas de grand vent et les tirettes des toiles sont très fragiles. On n'arrive donc à les garder qu'une saison, deux au maximum! Cela finit par coûter très cher ...

Quand aux plants de tomates, Les 3 reçus au cours de permaculture ont été mis dans ma grande serre (18m2) sur le terrain arrière. Ils étaient déjà très hauts et sans beaucoup de feuilles dès le départ et ont continué à grandir sans faire beaucoup de fleurs et donc peu de tomates. Bien que les tomates soient autofécondes, il faut quand même tapoter les fleurs du bout des doigts pour les féconder.

Les autres plants reçus de Gaël et ceux qui ont poussé spontanément dans le jardin et repiqué, étaient vraiment très beaux. Malheureusement je pense ne pas les avoir assez "contrôlés". Je les ai laissés partir dans tous les sens, le feuillage est donc devenu fort serré et entremêlé. Le mildiou a donc fini par s'installer dans la serre malgré le traitement préventif au bicarbonate de soude et savon noir. Conclusion, mi septembre, j'ai de très belles tomates vertes sans feuillage! Il est fort peu probable qu'elles rougissent encore!

Il est vrai aussi que nous avons eu durant l'été des grandes variations de température entre le jour et la nuit. La température est parfois montée à plus de 35°c la journée et descendue en-dessous de 16°c la nuit. C'est fatal pour les tomates malheureusement, elles aiment un certaine constance de température pour se développer.

Sous le auvent, les tomates sont magnifiques, goûteuses et rouges ... CQFD

A propos des tomates ...
A propos des tomates ...

Voir les commentaires

Rédigé par Jean-Baptiste Dumont

Publié dans #Potager

Repost 0

Publié le 11 Septembre 2015

On dit souvent que pour préparer un terrain en vue de le cultiver, il faut en premier lieu y planter des pommes de terre car elles "nettoient le sol".

Lors du dernier cour de permaculture, Hélène nous a expliqué qu'en fait, c'est le travail assez ardu du jardinier pour planter des pdt qui prépare le terrain. J'aime à imaginer que la voix du milieu est la juste mesure et que préparer son sol est le fruit la combinaison de la détermination de la Terre-mère et du jardinier qui se rejoignent dans une intention commune.

Pour mes plants, j'ai acheté des variétés de pdt en magasin bio que j'aimais et je les ai laissé germées à la maison dans la cuisine. J'ai aussi pris des pdt de ma récolte de l'année passée qui ont germé dans le garage. Le résultat est vraiment excellent et la récolte abondante et magnifique.

La solution de 5gr de bicarbonate de soude et d'un "clouche"de savon noir (par litre d'eau) pulvérisée après les pluies en période de chaleur humide, a empêché le développement du mildiou. Il s'est malgré tout attaqué aux tomates dans la serre mais je pense que j'aurais du mieux en orchestrer la croissance! Ceci fera l'objet d'un autre article!

Hélène nous a expliqué qu'on pouvait récolter ses pdt au fur et à mesure de ses besoins. Ce que m'a confirmé Rom à condition de ne pas avoir de mulots. Les pdt n'en seront que meilleures ;-)

Les pommes de terre et le jardinier ...
Les pommes de terre et le jardinier ...
Les pommes de terre et le jardinier ...

Voir les commentaires

Rédigé par Jean-Baptiste Dumont

Publié dans #Potager

Repost 0

Publié le 30 Août 2015

Juste envie d'écrire un tout petit article ce soir sur mon émerveillement de voir que lorsque l'on respecte sa terre et que l'on laisse au jardin la possibilité d'accomplir son destin, tout se met en équilibre.

Je fais tout les soirs le tour de mon potager et de la serre et c'est un bonheur de voir que les grenouilles s'y sont installées. Nous avions déjà énormément de salamandre alors que l'on dit qu'elles disparaissent. Les jours de pluie, il faut sortir avec une lampe frontale pour les enjamber presque à chaque pas. Elles sont présentes jusque dans la serre qui se trouve derrière la maison loin de tout point d'eau.

A présent les grenouilles se sont installées partout dans le jardin, il y en presque systématiquement une dans chaque carrés de potager. Je comprends mieux pourquoi les limaces me posent si peu de problème cette année !!!

C'est la fête à la grenouille !

Voir les commentaires

Rédigé par Jean-Baptiste Dumont

Repost 0