La loi de restitution en pratique

Publié le 14 Décembre 2014

Produire suffisamment de matière organique pour enrichir ma terre est une de mes préoccupations du moment. Depuis que je me suis lancé dans l'aventure, j'ai toujours utilisé du fumier de cheval. Celui de Texas, la jument de ma fille que j''allais chercher à pied avec une grosse brouette au manège. C'est assez physique car il faut monter et descendre une pente à 13% et ensuite remonter le fumier sur notre terrain qui est en pente lui-aussi!

Je me suis rendu compte que je pouvais en produire pas mal par moi-même de la façon suivante:

- depuis le début aussi, nous avons à la cuisine, une petite poubelle "retour à la Terre-Mère" pour mettre les grosses épluchures des légumes, les sachets de thé, les filtres à café ... destinée au composteur.

- un pot destiné aux poules avec des épluchures coupées en petits morceaux, elles nous le restitue ensuite sous forme de fumier de poule, qui a la réputation d'être une bombe. Nous avons à présent 7 poules et croyez-moi, elles sont très productives.

- les composteurs remplis des déchets de cuisine, de brindilles, de feuilles, de tonte de gazon ...

- le compost de la toilette sèche, et oui, nous aussi on participe.

- les feuilles mortes

- je laisse aussi "sur champ" les racines et tiges des légumes que je coupe en petits morceaux.

Je pense qu'avec tout ceci, nous produirons assez de matières organiques pour les 7 potagers en carré, les deux potagers de 20m2, les rosiers et les fruitiers.

Le principe est simple, rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme et ce sera le cas pour nous aussi le moment venu!

La loi de restitution en pratique
La loi de restitution en pratique
La loi de restitution en pratique

Rédigé par Jean-Baptiste Dumont

Publié dans #Potager, #Autonomie

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article