Les "filles" de Vignamont

Publié le 28 Août 2013

En 2011, nous avons récupéré 3 poules qui avaient été offertes par un groupe de hollandais à un moine tibétain qui ne souhaitais pas les garder. Nous avons reçu l'autorisation de les adopter le samedi à 17h à condition de venir les chercher le dimanche matin!

Filer à la maison, attacher la remorque à la voiture et nous voilà parti pour acheter un poulailler préfabriqué (soi-disant assez grand pour 3 poules).

Nous les avons baptisées: Lola, Fiona et Fabiola!

Très vite, il a été évident que c'était juste assez grand pour des poussins. Je l'ai donc agrandi avec des cagots pour bulbes, mais là aussi, il était évident que c'était trop petit et que leur espace vital n'était pas respecté.

Après avoir agrandi le poulailler, je l'ai scié en deux pour ne garder que la "petite maison". et après avoir grillagé la sous-pente de la cabane de jardin, je les y ai installées. Durant l'hiver, nous les avons laissées courir dans le jardin. Elles mangent, entre autres, les œufs de limaces et d'escargots. Ce qui est tout bénéfice pour le potager!

Cet été, nous leur avons grillagé un espace extérieur dont elle ont l'accès par la récupération de la porte du poulailler initial. Ceci permet en cas d'alerte renard ou fouine, de les cloisonner dans un espace "sécurisé".

Des poules, c'est des œufs frais le matin, le recyclage des déchets de la cuisine et un fumier de premier choix. Le cycle est bouclé!

P.S. Elles moureront de leur belle mort pour service rendu ;-)

Les "filles" de Vignamont
Les "filles" de Vignamont
Les "filles" de Vignamont
Les "filles" de Vignamont
Les "filles" de Vignamont
Les "filles" de Vignamont
Les "filles" de Vignamont
Les "filles" de Vignamont
Les "filles" de Vignamont
Les "filles" de Vignamont
Les "filles" de Vignamont
Les "filles" de Vignamont

Rédigé par Jean-Baptiste Dumont

Publié dans #Élever des poules

Repost 0
Commenter cet article